L’affirmation de soi est une capacité clé pour se sentir bien dans ses baskets. Pourquoi ? Elle permet de développer l’estime de soi, c’est-à-dire la valeur que l’on se donne. Fondatrice de l’Institut français de la PNL, Josiane de Saint Paul offre une définition précise de la notion d’affirmation de soi : « S’affirmer, c’est faire valoir ses désirs, ses besoins, ses opinions et ses valeurs et agir en accord avec eux, sans concessions inutiles ni agressivité. »

Être ni hérisson ni paillasson !

Il existe une expression imagée qui permet de comprendre facilement ce qu’est l’affirmation de soi : c’est être « ni hérisson ni paillasson ! ».

Egalement dénommée « assertivité » (mot issu du verbe anglais to assert, s’affirmer), l’affirmation de soi permet à la personne de développer judicieusement « l’observation des diverses attitudes possibles devant les situations stressantes, leur intérêt et leurs inconvénients respectifs, poursuit Josiane de Saint Paul. Ces attitudes sont la fuite, la paralysie, l’attaque, la manipulation et l’affirmation de soi ».

En résumé, une personne fait preuve d’assertivité quand elle s’affirme sans soumission, sans agression, sans manipulation. Les comportements assertifs sont en particulier :
– savoir dire ce que l’on pense,
– savoir dire « non »,
– savoir dire « je ne sais pas »,
– savoir demander à bon escient.

A contrario, lié à une estime de soi basse, le comportement inhibé (paillasson) consiste à subir les relations avec autrui sans oser exprimer ce qu’on veut ou ressent. On se conforme aux autres. Le comportement agressif (hérisson) peut être lié à une estime de soi basse qui ne trouve que l’agressivité pour s’exprimer.

L’accompagnement en coaching, comme en psychothérapie d’ailleurs, vise à renforcer la capacité personnelle d’affirmation de soi, que ce soit dans un contexte professionnel ou personnel (famille, amis, vie amoureuse…).

Un autre concept à connaître : l’acceptation de soi

L’acceptation de soi est une notion complémentaire à l’estime de soi et à l’affirmation de soi, dont elle découle directement. En quelque sorte, s’accepter équivaut à être son propre ami avec bienveillance et respect. C’est l’inverse d’une attitude de non-acceptation de soi-même où l’on se critique et se punit. L’acceptation de soi vient de la cohérence entre la croyance positive que l’on a de soi et les attitudes ou comportements que l’on adopte.

Le concept d’acceptation de soi porte sur différents domaines de la personne :
– son physique,
– ses pensées,
– ses émotions,
– ses sentiments,
– ses comportements.

Il porte aussi sur l’acceptation de ses défauts et de son ombre, insiste Josiane de Saint Paul. « Nous devons à Carl Jung le concept de ”l’ombre”. L’ombre est la partie de nous que nous n’acceptons pas et ce que nous cachons à nous-mêmes. Il est tout à fait impossible de s’accepter réellement sans accepter son ombre. » La stratégie d’accompagnement en coaching consistera à aider l’individu à se connaître, y compris dans sa partie ombre.

Sylvain Seyrig

Bibliographie
Estime de soi, Confiance en soi, Josiane De Saint Paul, 1999, éditions Interéditions.
L’Estime de soi, Christophe André et François Lelord, 2007, éditions Odile Jacob.