Le Monkey management est un concept qui remonte aux années 1970. S’il n’est pas nouveau, il reste très pertinent aujourd’hui pour comprendre et réduire les problèmes de stress au travail, de gestion du temps et de charge mentale dans la vie professionnelle, en particulier pour les managers qui encadrent des équipes. Je l’utilise régulièrement dans les coachings à Paris de managers et de salariés.

William Oncken III, auteur de ce drôle de concept : le monkey management.

Consultant américain spécialiste en management, William Oncken (1912-1988) publie un drôle d’article en 1974. Ce texte aborde avec originalité le problème de la gestion du temps et de la charge mentale en lien avec la délégation. C’est le monkey management. Il emprunte la métaphore de ces petits singes qui s’agrippent aisément à la personne dès qu’elle passe près d’eux.

Quel rapport entre singes et management ?

Le singe représente tout simplement un projet, une action, un dossier, un problème, une décision à prendre. Il a la particularité de sauter d’une épaule à l’autre afin de se blottir et s’accrocher dans les bras accueillants d’un manager qui, rarement volontaire, n’est pas forcément le bon. Mais peu importe, ce manager ne dit pas vraiment non.

Ces charmants mammifères peuvent venir de ses collaborateurs, ses supérieurs hiérarchiques, ses clients, etc. Si bien que ce nouveau propriétaire se retrouve vite encombré de multiples singes qui s’accrochent à lui sans raison valable. Criant famine, ayant peur ou simplement voulant jouer, ils lui rendent la vie impossible, accaparant son temps. Ils augmentent fortement la charge mentale du manager, pour qui les choses se succèdent et s’accumulent sans cesse. Pendant qu’on fait une chose, on pense à une autre et à tout ce qu’il reste à accomplir.

En fait, dans le monkey management, récupérer un singe sur ses épaules signifie un transfert de responsabilité du projet, du problème, de l’action à mener, de la décision à prendre… Or, le singe n’avait pas à quitter les épaules de son propriétaire légitime. Et son nouveau propriétaire n’aurait pas dû l’accueillir. En résumé, le transfert de responsabilité n’aurait pas dû avoir lieu. Ses motivations n’étaient pas légitimes.

Le manager croule sous les singes qui viennent des autres…

Ne plus récupérer les singes des autres

L’idée du monkey management n’est pas de se décharger de tout singe. Elle est tout bonnement de n’avoir sur son dos que ses propres singes, ceux qui relèvent de notre fonction et de notre responsabilité. Et, en conséquence, de ne pas prendre sur soi les singes des autres même s’ils resteront nombreux à tenter l’aventure.

Les techniques pour gérer le stress et alléger la charge mentale

Voici des techniques issues du monkey management pour mieux gérer le temps et le stress ainsi que pour alléger la charge mentale dans la vie au travail :

• Clarifier ses fonctions (ce qui relève de ma fonction et ce qui relève de celles des autres).
• Laisser aux collaborateurs et aux supérieurs hiérarchiques la charge des dossiers qui sont de leurs responsabilités et de leurs fonctions. Effectuer un recadrage si nécessaire.
• Déléguer en mettant les collaborateurs en position de responsabilité de leurs fonctions et tâches.
• Vérifier la clarté des tâches et responsabilités transmises, qu’elles ont bien été comprises et acceptées.
• Dire « non » aux sollicitations et demandes des autres en indiquant pourquoi : « J’ai d’autres priorités actuellement », « Cela relève de ta responsabilité », etc.
• Planifier et anticiper afin d’éviter l’urgence et l’accumulation des dossiers.
• Identifier le responsable de l’étape suivante, c’est-à-dire la personne à qui je vais transférer la responsabilité.
• Limiter à quelques minutes les discussions, réunions et prises de décision avec les collaborateurs et les supérieurs hiérarchiques.

Sylvain Seyrig, coach professionnel à Paris

A lire aussi :

> Triangle de Karpman : sortir d’une relation malsaine
> Faire un coaching personnel pour réduire le stress au travail